La brève du Moulinage n°4

with Pas de commentaire

8 mars 2017 au Moulinage.

image003(1)Au Moulinage, c’est un jour particulier : veille de l’ouverture de notre « Manufacture nouvelle » à Saint-Étienne, pendant la Biennale Internationale du design, et aussi Journée internationale des droits des femmes… la promotion des droits et des initiatives de femmes nous tient à cœur.

Au Moulinage des Rivières, on se souvient du patron inventif, Alain Gabert, mais se rappelle t-on de la soixantaine d’ouvrières, qui maitrisaient un savoir faire aujourd’hui devenu rare ? Un peu plus loin, en Isère, se rappelle t-on de Lucie Baud*, cette ouvrière tisseuse de soie qui crée un syndicat en 1905 et conduit une grève de 104 jours pour l’augmentation des (très) bas salaires des ouvrières ?  Depuis, des lois ont été votées « A travail égal, à salaire égal », mais les femmes, en France, gagnent toujours 27% de moins que les hommes, en moyenne, tous secteurs confondus.

C’est pour reconnaitre ces femmes, trop souvent « invisibles », que nous tenons au Moulinage à vous faire découvrir l’histoire humaine et sociale de cette ancienne usine, au travers de nos visites et de nos ateliers d’écriture de souvenirs de travail. (ci dessous, rare photo d’ouvrières, au Tissage des Rivières à côté du Moulinage)

groupe d'ouvrières du Moulinage des Rivières

C’est aussi pour valoriser les futurs(es) occupants(es) des lieux, artistes et professionnels de métiers d’art, et pour renforcer la viabilité économique de leurs activités, que nous portons ce projet de reconversion du Moulinage. En effet, parmi ces métiers d’art, les femmes sont nombreuses et dynamiques ; le développement de leurs ateliers demande beaucoup d’énergie… Et comme d’autres créatrices d’entreprises, elles ont plus de mal à obtenir des prêts bancaires ou des aides, que des projets portés par des hommes.

Le monde culturel, plus largement, est très en retard pour l’égalité des droits, avec 6% de femmes chefs d’orchestres, 40% de subventions en moins pour les établissements dirigés par une femmes, moins de 10% de femmes artistes et auteures citées dans les manuels scolaires, etc*.  Alors, oui le 8 mars, c’est aussi le notre et c’est toute l’année.

*Son journal retrouvé par l’historienne Michèle Perrot a été publié sous le titre Mélancolie ouvrière.

** Voir Etudes du collectif HF

Une brève d’Odile Proust, présidente de l’association.