La brève du Moulinage n°3

with Pas de commentaire

L’un des derniers patrons mouliniers/tisseurs des Rivières évoque l’âge d’or du moulinage pélussinois, au tournant des 19e et 20e siècles.

Un certain 14 avril 2000, à Virieu… Mathieu Blanchardon a interviewé Alain Gabert, petit-fils de Pétrus Gabert (constructeur du moulinage éponyme en 1873 et du tissage en 1900).

« Mon grand-père paternel (Pétrus Gabert) et Jean-Baptiste Mousset… Je sais que mon grand-père marchait de pair avec lui. C’était d’excellents mécaniciens. C’était des gens extrêmement inventifs et comme mon grand-père avait la passion de ce qui était nouveau… Ils ont vraiment vécu, ces gens-là, une époque extraordinaire. C’était des gens pour qui le progrès était la solution à tous leurs maux. Ils n’hésitaient pas à foncer tête baissée et c’est assez surprenant de voir tout ce qu’ils ont pu inventer : imaginez, ils ont été les premiers à avoir des machines à vapeur, ils ont été les premiers à monter des dynamos, parce qu’à l’époque, ce n’était même pas des alternateurs pour avoir l’électricité. Donc il s’était entendu avec mon grand-père, ils allaient tirer des lignes électriques pour alimenter une partie du moulinage… Et tout ça fonctionnait très bien. Ils étaient toujours dans l’avant-garde de ce qui pouvait se faire. Pourtant, des gens qui n’étaient pas de première jeunesse, mais qui étaient passionnés par ce qui était nouveau. Une envie d’évoluer… ».

Ci dessous, un moulin pour tordre la soie à 2 vargues, modèle Mousset.
(Pélussin, début XXème siècle ; photographié en 2000 ;
A noter que le moulinage Gabert ne possède plus son appareil productif.)

 

Moulin pour tordre la soie

Rendez vous en avril pour une nouvelle brève historique proposée par Mathieu Blanchardon.